Pour des questions de face, les Chinois prennent grand soin de ne pas émettre leurs critiques en public. Si vous souhaitez garder vos employés chinois et mener à terme vos négociations, respectez dans la mesure du possible cette règle de base…

Je vous invite à faire ce petit test. Utile pour votre prochaine rencontre avec un interlocuteur chinois !

1. Selon vous :

a. les Chinois ne critiquent jamais en public.
b.
les Chinois critiquent tout le temps en public.

Réponse :
Ni l'un ni l'autre.
Si les Chinois critiquent rarement en public, cela ne signifie pas pour autant qu'ils ne le fassent jamais. Ils pourront vous faire par exemple des critiques directes amicales sur votre dernière coupe de cheveux ou bien utiliser en dernier recours la critique publique dans le but délibéré de faire perdre la face à leur interlocuteur.

2. Laquelle de ces deux affirmations vous parait la plus correcte ?

a. Les Français n'aiment pas être critiqués en public.
b.
Les Chinois n'aiment pas être critiqués en public.

Réponse :
Les Chinois, ni les Français, n'aiment être critiqués en public, ni personne d'autre d'ailleurs !
Un Chinois qui travaille avec des Français fait la remarque suivante :
« On dit que les Chinois prennent très mal la critique. C'est vrai, mais, en même temps, je trouve qu'ils l'acceptent plus facilement que les Français, en ce sens qu'ils ont en général tendance à ne rien dire quand ils reçoivent des critiques, surtout lorsqu'elles viennent des responsables. Quant aux Français, ils n'acceptent pas non plus les critiques mais par contre, qu'est-ce qu'ils aiment critiquer ! »

3. En Chine, vous pouvez critiquer votre interlocuteur :

a. si c'est votre conjoint(e).
b.
si vous êtes professeur.
c.
si vous êtes policier.
d.
si votre interlocuteur est policier.

Réponse :
Toutes les réponses sont bonnes avec quelques bémols :
a. Vous pouvez critiquer votre conjoint(e) mais … toujours dans l'intimité !
b. Un dicton chinois dit : « Elever sans éduquer, c'est la faute du père, éduquer sans sévérité, c'est la paresse du maître ». Dans les classes chinoises, les professeurs critiquent souvent leurs élèves. Il s'agit, comme du père vis-à-vis de son enfant, d'un rôle strictement éducatif.
c. d. Si les Chinois ont plutôt intérêt à respecter les policiers, il est toujours surprenant pour un Occidental d'observer dans la rue comment certains se comportent à leur égard. En effet, il n'est pas rare qu'un conducteur, interpellé en cas d'infraction, commence à hausser le ton pour se défendre et essayer de négocier l'amende. C'est alors que des personnes s'attroupent pour donner leur avis :
« Vous avez raison, l'agent de police a tort », « Non, vous avez tort, c'est le policier qui a raison ». Néanmoins, si vous avez l'impression que certains Chinois hurlent sur le policier, c'est simplement parce qu'ils parlent un peu fort, comme ont tenu à le préciser quelques Chinois interviewés.

4. Se mettre en colère en Chine, c'est :

a. passer pour un mal élevé.
b.
montrer son pouvoir et se faire respecter.
c.
montrer qu'on ne sait pas se contenir, ce qui est une faiblesse.

Réponse :
a. et c.
Notons que la première signification du mot « énerver » (du latin couper les nerfs) est : priver de nerf, de toute énergie, c'est-à-dire « affaiblir » (VX). Quand vous vous énervez, vous risquez non seulement de passer pour un malpoli, mais aussi pour quelqu'un de faible.
Un dicton chinois dit : « Celui qui ne sait pas se fâcher est un sot, mais celui qui ne veut pas se fâcher est un sage. »
Tout l'art d'un manager est donc de montrer qu'il est capable de se mettre en colère, tout en sachant se maîtriser !

5. Si un Chinois vous fait une critique :

a. c'est pour votre bien.
b.
c'est pour vous nuire.
c.
de toute façon, cela n'arrive jamais puisque vous êtes le patron.

Réponse :
Confucius ne disait-il pas : « A ceux que l'on aime, on ne doit pas épargner le dur labeur. A ceux que l'on estime, on ne doit pas épargner les critiques. »
Quand un Chinois vous critique, c'est souvent pour votre bien. A moins qu'il vous critique sévèrement en public, alors, c'est qu'il a bien l'intention de vous faire perdre la face !
Enfin, les Chinois ne vous critiquent jamais si vous êtes le patron … pour le moins en public.


Vous trouverez un test similaire à la fin de chaque chapitre de mon livre « Comment ne pas faire perdre la face à un Chinois ».